Florent Ruch est né en 1973 à Mulhouse.

Chasseur-cueilleur d’images,  il anticipe l’instant magique, chargeant son Leica au gré du vent, prêt à le dégainer pour capturer le présent.

Oiseau à haute tige, il a eu l’aile gauche brûlée à l’âge de 1 an.

Phénix insatiable de révélations en tout genre, il a l’argentique dans la peau. Une histoire d’amour avec la pellicule, qu’il imprime, révèle et développe lui même.

Une alchimie qui rend l’image vivante, tangible, manipulable et dont l’espérance de vie la rend palpable pour plusieurs décennies. 

Poète infatigable, il scrute le visible et l’invisible. Le mouvant et l’immuable. L’humain et le non humain. L’émerveillement est son gouvernail.

Le cinéma est son premier amour. Il réalise avec ferveur des documentaires inspirés et proches de ses questionnements existentiels. Il est également réalisateur de films plus artistiques, expérimentaux.

Amoureux de l’improbable et rectifieur de tirs, il obtient un jour un laboratoire entier de cinéma aux enchères, le rachète à l’armée et crée le Bioskoplab. Devenu expert en la matière, il est devenu une référence nationale en matière de films argentiques, caméras soviétiques et mélanges photochimiques.

Florent Ruch, c’est un oeil de lynx, connecté à l’intensité du présent dont le prolongement du bras est un appareil photo qui fait clic. Voyant à travers les couches de la réalité, il sait capturer les synchronicités que lui offre la vie. Son être intérieur se retrouve dans chacune de ses oeuvres.

Alexandra Gerber, artiste plasticienne